Vaches Salers

Evolution des conduites d'élevages bovins : interview de Guillaume Lesage, éleveur de Salers dans l'Orne

La baisse de consommation de viande bovine bio n’estompe par la problématique d’adéquation entre l’offre et le marché principalement tourné vers la viande pour la transformation (steak haché, plats préparés…). Si les animaux typés chevilles et PAD demeurent indispensable à l’approvisionnement de nos clients bouchers et de nos point de vente, leur nombre reste bien supérieur à la demande du marché.

En savoir plus

Plan de soutien bio : 60 M€ pour la prise en charge de baisse d'EBE des exploitations spécialisées bio

Le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a annoncé le 17 mai dernier le renforcement du plan de soutien à l’agriculture biologique par la mise en place d’une enveloppe complémentaire de 60 M € dans l’objectif d’apporter un soutien aux exploitations en agriculture biologique frappées par la crise actuelle de consommation de produits biologiques et ayant subi des pertes économiques importantes.

En savoir plus

Rendez-vous à l'assemblée générale de Normandie Viande Bio, le 28 mars 2023 à Bazoches-au-Houlme (61) !

Nous avons le plaisir de vous inviter à l’Assemblée Générale Ordinaire de votre association Normandie Viande Bio qui aura lieu le Mardi 28 mars 2023 à la salle des fêtes de Bazoches-au-Houlme (61) de 10h à 15h30. La matinée sera dédiée aux échanges sur la thématique : Quels systèmes de production demain en lien avec les demandes du marché ? Et comment accompagner les éleveurs ?

En savoir plus
Visuel article UVI filière bovine

La filière bovine

L’année 2022 a été marquée par une évolution fondamentale dans l’organisation de notre filière bovine biologique. Cette évolution s’inscrit dans un contexte global conventionnel qui s’est brutalement tendu ces derniers mois. La décapitalisation en marche depuis de nombreuses années, le manque d’attractivité du métier, économique et sociétal, sans compter les épisodes de sècheresse à répétition et l’augmentation des charges de production, ont fortement perturbé les dynamiques territoriales. Avec un manque de disponibilité généralisée en bovins, les cours se sont envolés, brutalement, dépassant les prix pratiqués dans les filières de qualité organisées. Le marché est quant à lui toujours difficile à appréhender, avec un recul des actes d’achat, accéléré par une inflation galopante et les inquiétudes des consommateurs quant aux impacts présumés de l’élevage bovin sur le climat. Et les viandes bio ne font malheureusement pas exception…

En savoir plus